3 Questions à Hakim Abbaci. Plasticien : Pour avancer, les jeunes doivent participer aux concours internationaux

Elwatan; le Vendredi 30 Mars 2012
66114


- Parlez-nous de cette manifestation artistique à laquelle vous prenez part en Sicile...

Leu grand projet «Islam en Sicile, un jardin entre deux civilisations» se compose de plusieurs expositions autour de l’archéologie, l’ethnométhodologie, le multimédia et l’art contemporain. Plusieurs pays y participent, dont la France, la Tunisie, la Suisse, la Grèce et l’Italie. Cette manifestation est organisée par la fondation Orestiadi de Gibellina et le département du Tourisme de la région de Sicile. Pour ma part, je prendrai part à l’exposition d’art contemporain intitulée «Weave». Nous avons tous été sélectionnés par le critique d’art Achille Bonito Oliva (fondateur du mouvement de la Transavangarde Internationale) et son assistante Dr Giorgia Salerno. L’exposition aura lieu au musée Trames Mediterraneenes de Gibellina. Un musée d’art contemporain qui renferme les œuvres de grands artistes tels que Beuys, Matta, Burri, Paladino, Cucchi...


- Quelle est la particularité de l’œuvre que vous allez exposer ?

Pour cet événement particulier, je présenterai des œuvres réalisées dans un atelier à Gibellina. Certaines de mes toiles sont acquises par la fondation Orestiadi, d’autres ont été choisies pour l’exposition. Je garde mon style, c’est-à-dire acrylique et pastel sur toile, format carré et dominance de noir. Les thèmes proposés restent attachés à mon pays.


- Pensez-vous que les artistes algériens, aujourd’hui, sont assez sollicités par les biennales organisées de par le monde ?

Je crois que les artistes algériens ne participent pas assez aux biennales internationales. Il est vrai aussi que nous ne disposons pas de galeries spécialisées en art contemporain ou de critiques d’art contemporain. C’est dommage. Cela contraint beaucoup de jeunes artistes à faire de grands efforts et de grands sacrifices pour voyager et montrer eux-mêmes leur travail à l’étranger. Le faire individuellement est coûteux. Les artistes qui vont dans ce sens savent que c’est bénéfique pour leur carrière. Ceci dit, il ne faut pas exposer n’importe où, il est important de choisir l’exposition. Aujourd’hui, il existe des concours internationaux ouverts à tous les pays, souvent de grands critiques d’art sont derrière ces événements. Pour avancer, les jeunes artistes doivent participer.
 

Categorie(s): culture

Auteur(s): Faten Hayed

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..